Élevage de ténébrions meuniers : étude de cas

Envie de nourrir vos animaux avec des aliments riches en protéines et en lipides que vous produisez vous-même à partir de résidus céréaliers?

Parmi les choix qui s’offrent à vous, les ténébrions meuniers sont peut-être les plus simples. Ils sont :

  • Faciles à trouver

On les trouve dans plusieurs magasins de nourriture pour animaux et d’animaux domestiques (à Québec, vous les trouverez chez Dyno entre autres), et on peut aussi essayer d’en trouver dans une meunerie près de chez soi.

  • Nécessitent peu d’infrastructures

Ces insectes ne nécessitent que des contenants (un seul pour commencer, puis on ajoute un contenant pour les nymphes et les adultes lorsqu’ils apparaissent) dont le couvercle est percé d’ouvertures. Pour un élevage domestique, on peut garder l’élevage à l’intérieur pour qu’il profite de la température clémente. Le sous-sol fait très bien l’affaire, mais l’élevage peut aussi être gardé dans une pièce passante car il ne dégage pas d’odeur et ne produit pas de bruits.

  • Faciles à nourrir

Pour un petit élevage domestique, on peut utiliser seulement les restants de produits céréaliers qu’on a à la maison, et les broyer lorsqu’ils sont trop secs et dures. Par exemple, les restes de pain, de tortillas, de farines, de biscuits, de céréales et de craquelins feront très bien l’affaire. On ajoute quelques morceaux de légumes ou de fruits coupés minces et le tour est joué.

  • Nécessitent peu d’attention et de travail

Un jeu d’enfant. On ajoute de la nourriture et des morceaux de fruits et légumes lorsqu’il manque d’humidité, et on nettoie une fois par mois le substrat alimentaire en tamisant le mélange et en ajoutant un nouveau substrat frais de produits céréaliers. Si vous partez en vacances pour 1 mois ou moins, vous n’avez pas à vous inquiéter pour votre élevage si les contenants sont suffisamment grands et que vous laissez assez de nourriture.

  • Ne dégagent pas d’odeur désagréable

Le substrat de produits céréaliers est pratique car il dégage peu d’odeur. Ajoutez seulement le minimum de fines tranches de fruits et légumes pour vous assurer qu’aucun champignon ou moisissure ne se développe et le tour est joué.

  • Plaisent aux animaux domestiques et d’élevage

Personnellement, mes poules les adore

 

Étude de cas : Élevage domestique de ténébrions meuniers

Concrètement, à quoi ressemble les premiers balbutiements d’un élevage de ténébrions meuniers à la maison?

Voici d’abord les larves de ténébrions telles qu’achetées en animalerie dans leur substrat alimentaire d’origine.

IMG_1316
Larves dans leur substrat alimentaire d’origine telles qu’achetées en animalerie

Elles sont conservées au réfrigérateur en animalerie pour retarder leur vieillissement et leur métamorphose, sans fruits ni légumes pour éviter que des moisissures ou des champignons se développent. Il est donc important d’ajouter rapidement quelques tranches minces de fruits ou légumes à la maison lorsque vous les installez dans leur contenant. Notez aussi que les larves ne sont pas toutes du même âge, certaines sont plus avancées que d’autres.

Puisqu’au départ l’élevage ne comporte aucun adulte en mesure de pondre, on peut débuter par un élevage très simple, dans un seul contenant avec un couvercle troué. On peut aussi se permettre à ce stade d’utiliser seulement un contenant sans couvercle puisqu’il n’y a aucun risque de fuite car les larves ne volent pas, seuls les adultes peuvent voler, mais le font rarement. Par contre, dans un contenant sans couvercle, le milieu s’assèche plus vite et les larves consomment rapidement les tranches de fruits et légumes qui leur sont offerts. Dans un contenant avec un couvercle troué, il faut plutôt s’assurer de ne pas ajouter trop souvent de tranches de fruits et légumes pour éviter la formation de moisissures et champignons.-

IMG_1358

On peut aussi diversifier leur substrat alimentaire avec ce qui est disponible à la maison, comme des restes de pains secs broyés, des restes de céréales ou autres produits céréaliers à valoriser. On peut aussi ajouter quelques cuillères à thé de levure alimentaire qui permet de combler les carences nutritionnelles de ces insectes.

Pour éviter les maladies, la plupart des éleveurs conseillent de retirer les mues sèches des larves et les cadavres de larves mortes environ une fois par semaine ou aux deux semaines. Il faut aussi tamiser le substrat alimentaire une fois par mois afin de retirer la poussière qui s’accumule au fond.

IMG_1361

Après quelques semaines (5 semaines pour mon élevage maintenu à environ 19°C mais probablement moins pour un élevage à température ambiante de 22 °C ou plus), les premières nymphes commencent à apparaître. C’est une étape où il faut être plus attentif pour retirer les nymphes et les transférer dans un autre contenant car les larves peuvent les manger.

IMG_1623
Nymphes

Dans le contenant des nymphes, il n’est pas nécessaire d’ajouter un substrat alimentaire car elles ne se nourrissent pas.

Les premiers adultes apparaissent quelques semaines plus tard et il faut à nouveau les séparer et les transférer dans un troisième contenant car ils peuvent aussi manger les nymphes. On utilise donc un troisième contenant avec le même volume de substrat alimentaire que pour les larves. Les adultes sont d’abord blanc, puis noircissent. Ils commencent à copuler après quelques jours, et pondent une grande quantité d’œufs (40 par jour par femelle en moyenne). Les adultes peuvent manger les œufs et les larves nouvellement écloses, il faut donc séparer les œufs et les jeunes larves des adultes.

IMG_1671
Les trois contenants qui constituent l’élevage (larves dans le plus gros contenant, nymphes à gauche et adultes à droite)

Pour les séparer, deux tactiques peuvent être utilisées. (1) Retirer les adultes du substrat alimentaire à toutes les semaines, à toutes les deux semaines ou à tous les mois (selon le temps qu’on peut investir et le besoin de productivité de notre élevage) pour les déposer sur un nouveau substrat alimentaire dans un autre contenant et garder leur ancien substrat alimentaire pour en faire une pouponnière à larves. (2) Découper le fond du contenant des adultes pour le remplacer par un moustiquaire dont les mailles font moins de 1 cm carré pour éviter que les adultes puissent s’y glisser, et placer le contenant d’adultes dont le fond est en moustiquaire au-dessus d’un autre contenant de substrat alimentaire où les œufs et les jeunes larves tomberont. Il faut aussi changer le contenant du dessous de temps en temps si on veut obtenir un élevage d’âge homogène.

IMG_2026
Population d’adultes de la première génération après 6 mois d’élevage (les 200 larves de départ)

En utilisant la première tactique, c’est-à-dire celle où on retire à la main les adultes du substrat d’alimentation après le laps de temps voulu pour conserver les œufs et démarrer la nouvelle génération de larves, mon élevage est passé de 200 larves au départ, à 1600 larves après le premier transfert d’adulte en six mois. Il reste encore 160 adultes en vie de la première génération (200 larves de départ), donc de nombreuses autres larves seront encore produites. La quantité de larves s’est donc multipliée par 8 en six mois, et ce n’est pas terminé. De plus, cet élevage domestique se déroule à 19 °C, donc un élevage qui se déroulerait à une température supérieure serait donc plus productif, ou du moins plus rapide. De plus, puisque le contenant où pondent les adultes n’est pas changé très fréquemment, ce qui mettrait les œufs et les jeunes larves à l’abri du cannibalisme par les adultes, il y a de fortes chances que si on retirait à toutes les deux semaines le contenant d’œufs et de jeunes larves pour fournir un nouveau substrat de ponte aux adultes, la nouvelle génération de jeunes larve serait plus populeuse.

Suite à cette expérience d’élevage de ténébrions meuniers, voici une liste d’améliorations que j’ai apporté à mon élevage d’origine :

  • broyer les morceaux de produits céréaliers pour qu’ils soient plus faciles à consommer par les ténébrions
  • installer un couvercle sur chaque contenant (même ceux de larves qui n’en nécessitent pas vraiment car elles ne peuvent pas voler) pour maintenir un taux d’humidité plus élevé sans avoir à constamment mettre de nouvelles tranches de fruits et légumes et risquer que des champignons et moisissures s’y forment
  • utiliser de plus grands contenants pour pouvoir y mettre une plus grande quantité de substrat alimentaire (toujours sur quelques centimètres d’épaisseur seulement) et laisser les ténébrions évoluer sans avoir à constamment m’inquiéter du manque de nourriture
  • si je voulais une productivité accrue, je remplacerais aux deux semaines le contenant d’œufs fraîchement pondus pour permettre aux larves d’éclore et de croître à l’abri du cannibalisme des adultes

Je vous invite à partager votre expérience concernant vos élevage domestiques ou industriels de ténébrions meuniers en laissant vos commentaires sur cette page.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s