C’est l’automne : Rentre tes poissons!

À moins d’avoir beaucoup de volonté, et beaucoup de matériel aquaponique, il serait assez difficile de rentrer et sortir les poissons d’un système aquaponique au rythme des saisons.

En fait, plusieurs modes de production peuvent être utilisés pour faire profiter votre système aquaponique de la lumière et de la chaleur de l’été, tout en tenant compte de la saison froide.

  1. Le mode de production le plus commun est d’opérer dans une serre. On peut ainsi profiter de la lumière et de la chaleur naturelle durant la saison chaude, tout en produisant à l’année en chauffant et en installant un éclairage d’appoint dans la serre durant la saison froide. Pour avoir une meilleure idée du fonctionnement d’un système aquaponique en serre durant l’hiver, je vous invite à visionner le vidéo de l’entreprise violons et champignons, précurseur dans le domaine des serres écologique passives. L’entreprise Shoji garden se spécialise quant à elle dans la vente de serres aquaponiques clés en mains, et les entreprises Harnois et Guy Tessier dans la construction et l’installation de serres en général.
  1. Une autre option est de cultiver à l’extérieur en été, puis cesser les activités de production végétale durant la saison froide, en maintenant l’activité des bassins extérieurs au minimum. Les poissons choisis devront être capables de tolérer les températures froides, car bien que l’eau ne gèle normalement pas en profondeur, les poissons devront vivre à près de 0 °C durant plusieurs mois. Pour assurer une meilleure isolation, on peut enfouir les bassins dans le sol et profiter de l’isolation de la terre qui gèle seulement en surface. Par contre, il faut bien isoler les pompes, les filtreurs, et maintenir un accès jusqu’à l’eau du bassin pour nourrir les poissons.
  1. Une option plus coûteuse est de déménager le système à l’intérieur durant la période froide, ce qui nécessite de posséder le matériel aquaponique (bassins, tuyauterie, lits de croissances) pratiquement en double et de chauffer et éclairer artificiellement le système intérieur.
  1. On peut finalement combiner la production des poissons à l’extérieur (bassins à l’extérieur) et la production végétale à l’intérieur dans une serre chauffée et éclairée, ou complètement à l’intérieur (sans serre) avec un chauffage et un éclairage entièrement artificiels.

Production végétale hors saison

Bien que les poissons d’eau froide poursuivent leur croissance malgré les températures froides de l’hiver, et malgré les variations de la durée du jour, les plantes sont beaucoup plus capricieuses.

La production végétale en serre, ou complètement à l’intérieur durant l’hiver, nécessite quelques ajustements pour exprimer son plein potentiel. La plupart des végétaux sont influencés physiologiquement par la longueur du jour (photopériode) et par la température. Les besoins des plantes en termes de températures et de photopériodes varient beaucoup d’un genre à l’autre, et même selon les espèces et les variétés. En général, durant l’été on obtient une production très intense et soutenue, qui diminue drastiquement durant l’hiver, en raison du raccourcissement des jours et de la baisse de température. En fait, même si la température intérieure est optimale pour la croissance et la productivité des plantes, les jours courts de l’hiver empêcheront les plantes de croître normalement et de fructifier, plusieurs plantes entreront même complètement en dormance malgré la température idéale. L’éclairage artificiel peut donc aider à compenser la diminution de la photopériode et améliorer la productivité des plantes en hiver. A ce sujet, il existe une grande variété de types d’éclairages, à des prix variés. Bien que la quantité de lumière reçue par les plantes soit un point à ne pas négliger, c’est surtout la qualité, soit la distribution du spectre de lumière qui fait une différence sur la productivité des plantes.

Les plantes peuvent mettre à profit certaines régions du spectre de lumière (longueurs d’ondes). Les néons ne sont pas recommandés pour la production en serre car la qualité de la lumière (le spectre de lumière) est médiocre. Cette lumière convient aux semis, pour lesquels la quantité de lumière est plus importante que la qualité, et parce qu’on peut approcher les néons très près des plants car ils produisent peu de chaleur, mais pas pour les stades suivant de la croissance et de la production des plants (1). Ensuite, les lampes à vapeur au sodium à haute pressions (HPS) sont les plus utilisées comme éclairage d’appoint en serre et émettent une lumière à spectre étendue très valable. Les lumières DEL, relativement nouvelles sur le marché, peuvent cibler des régions plus précises du spectre de lumière pour bénéficier à la croissance des plantes. Elles ont aussi l’avantage d’être de 30 à 80 fois plus efficace énergétiquement que les HPS, et donc de dégager très peu de chaleur, ce qui permet de les approcher beaucoup plus près des plantes, voir sous le couvert de végétation. A ce sujet, plusieurs projets de recherche sont en cours au Québec afin de déterminer l’emplacement optimal des lampes DEL en production de fruits et de légumes, et de mieux comprendre l’utilisation par les plantes des différentes longueurs d’ondes reçues (2-4).

Choisir le bon poisson

Peu importe le type de système choisi, il faudra choisir un poisson adapté aux variations de températures de votre système aquaponique, ainsi qu’à la grosseur du bassin dont vous disposez. Et à moins que vous ne désiriez cultiver des algues marines, de la salicorne ou d’autres plantes typiques des marais salés, il serait préférable de choisir parmi les nombreuses espèces de poissons d’eau douce. De plus, vous aurez plus de facilité à trouver un poisson indigène ou du moins présent à l’état sauvage dans votre région et ils devraient normalement tolérer les écarts de températures. Concernant l’approvisionnement en poissons et alvins, il est interdit au Québec de capturer (pêcher) un poisson sauvage dans la nature et de le garder ensuite en captivité (information reçue le 20 octobre 2016 du Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec et du Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec). Que faire alors? Il est légal et plus pratique de s’approvisionner chez un aquaculteur de la région, et les risques d’introduire un poisson malade dans votre système aquaponique sont plus faibles qu’en pêchant directement des poissons sauvages.

Normalement on peut commencer à prélever (pêcher) les poissons après environ un an d’élevage en aquaponie puisqu’ils ont déjà un an lorsqu’on les achète chez les aquaculteurs (ils ont donc deux ans). Ils peuvent aussi demeurer dans le système aquaponique et  grossir durant plusieurs années, et leur longévité varie selon les espèces.

Quand aura lieu votre première dégustation de poissons aquaponiques?

Références

Une bonne adresse à Québec pour l’achat d’équipements d’éclairage artificiel et d’aquaponie : la boutique HydroDionne.

 

Crédit photo Leeroy

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s